Rechercher

agenda

Octobre - 2014
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
 
 

Lien vers les projets d'aménagement en cours
Accueil - Urbanisme/Habitat - Prévention des risques - L'alerte de la population

L'alerte de la population

A+A-

 

En cas de survenance d’un événement de sécurité civile affectant la Commune, le Maire doit alerter la population.

























Historique

Le Réseau National d’Alerte de la Population

Suite à la Deuxième Guerre mondiale, une ordonnance de 1959 a eu pour objectif d’assurer en tout temps, en toutes circonstances et contre toutes les formes d’agression, la sécurité et l’intégrité du territoire, ainsi que la vie de la population.

Parmi les mesures mises en œuvre, un réseau d’alerte de la population fut construit sur l’ensemble du territoire national. Composé de sirènes émettant un son variable, ce dispositif avait pour vocation d’avertir la population de l’imminence d’un bombardement.

Encore opérationnel de nos jours, ce dispositif est utilisé en temps de paix pour avertir la population de la survenance d’un événement de sécurité civile pouvant l’affecter dans les minutes à venir (explosion, nuage toxique, inondations…).

Si ce dispositif est en cours d’évolution, il est encore, à l’heure actuelle, le seul moyen efficace d’alerter le maximum de nos concitoyens d’un risque majeur imminent.

Pourquoi ?

La survenance d’un risque majeur sur une commune est un événement qui peut se produire à tout moment et, pour certains, en tout lieu. Il est nécessaire de pouvoir avertir le plus grand nombre de personnes se trouvant dans la zone exposée.

 

Des événements de sécurité civile peuvent avoir une cinétique rapide (propagation du risque) et toucher de nombreuses personnes en un laps de temps relativement court, par exemple, lors de l’émission d’un nuage toxique déplacé par le vent.

 

Il est donc nécessaire d’avertir au plus vite la population afin que les gens aient le temps de se mettre en sécurité.

Comment ?

Sur la commune de Nîmes, l’alerte de la population est mise en œuvre par le déclenchement de 8 sirènes implantées en différents points :

  • Tour Jean XXIII
  • Auberge de la Jeunesse
  • Ecole Nationale de Police
  • Réservoir d’eau de Vacquerolles
  • Eglise de Saint-Césaire
  • Cathédrale Saint-Castor
  • Lycée DHUODA
  • Camp des Garrigues

Par qui ?

Les autorités de déclenchement de l'alerte sont le Premier ministre (le ministre de l'intérieur par délégation), le préfet de département ou le maire. L'alerte est une mission qui incombe au directeur des opérations de secours, c'est à dire à l'autorité en charge de la gestion de la crise.

Une mission assurée en premier lieu par le maire :

Depuis 1791, le maire a des pouvoirs de police, aujourd’hui précisés dans l’article L. 2212-2 du Code général des collectivités territoriales :

«La police municipale a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Elle comprend notamment :

5° Le soin de prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature, tels que les incendies, les inondations, les ruptures de digues, […] ; »

Une obligation réglementaire du Plan Communal de Sauvegarde :

La notion d’alerte est notamment introduite par le décret du 13 septembre 2005 relatif au plan communal de sauvegarde :

«Le plan communal de sauvegarde est adapté aux moyens dont la commune dispose. Il comprend :

c) L'organisation assurant la protection et le soutien de la population qui précise les dispositions internes prises par la commune afin d'être en mesure à tout moment d'alerter et d'informer la population et de recevoir une alerte émanant des autorités. Ces dispositions comprennent notamment un annuaire opérationnel et un règlement d'emploi des différents moyens d'alerte susceptibles d'être mis en œuvre ;»

Le réseau local d’alerte de la population :

Compte tenu des risques majeurs présents sur l’ensemble du territoire, chaque commune peut se prémunir en mettant en place un dispositif d’alerte à la population en parallèle du Réseau National d’Alerte à la population.

Composé de sirènes et/ou haut-parleurs, cet équipement a pour objectif d’avertir la population de l’imminence d’un risque majeur sur la commune.

Ce dispositif permet au Maire de répondre à son obligation d’alerte de la population sans avoir à demander l’activation du dispositif national.

Il est possible de coupler les deux dispositifs. Le déclenchement pouvant être réalisé par le Préfet de département ou par le Maire de la Commune (après concertation avec le Préfet).

Le dispositif présent sur la Commune de Nîmes :

Le dispositif présent sur la ville de Nîmes intègre à la fois le Réseau National d’Alerte et le Réseau Local d’Alerte.

Couplés sur la même installation, le Maire de la Commune et le Préfet peuvent déclencher les sirènes présentes sur la commune si la situation l’exige.

 

Les essais du dispositif

Afin de s’assurer que le dispositif d’alerte de la population est opérationnel en permanence, des essais sont réalisés tous les premiers mercredis du mois :

  • 12h00 – Début de l’essai national (son modulé)
  • 12h10 – Fin de l’essai national (son continu)
  • 12h15 – Essai communal (son modulé)

Que faire ?

Au déclenchement du signal d’alerte de la population :

  • en cas de fortes pluies: évacuer (si possible) la zone exposée, gagner un point haut sans se mettre en danger;

                                            Evacuer la zone dangereuse Rejoindre un point haut

  • autres situations  : Obturer les aérations
    • Se mettre en sécurité dans un local clos, de préférence sans fenêtre, en calfeutrant soigneusement les ouvertures, y compris les aérations, après avoir arrêté ventilation et climatisation, et réduit le chauffage (En effet, la mise en sécurité est le premier réflexe à avoir, de loin le plus efficace dans la majorité des cas. Même si l’isolation n’estFermer les portes et fenêtres pas parfaite (par exemple fenêtres brisées), cette mesure permet de limiter les effets d’une catastrophe. En cas d’explosion ou de nuage toxique, et en attendant les consignes données par les autorités, la mise en sécurité doit se faire de préférence dans des locaux situés en sous-sol ou le plus possible au centre des bâtiments);

 

 

    • Ne pas fumerne pas fumer, éviter toute flamme ou étincelle, fermer le gaz;

 

 

    • Prendre le nécessaire d'urgenceprendre le nécessaire d’urgence (radio portative, papiers administratif, argents, médicaments, bouteille d’eau…);

 

 

    • Laisser les enfants à l'écolelaisser les enfants à l’école : les enseignants veilleront sur eux;

 

 

    • Consulter le site www.nimes.frécouter la radio ou la télévision (Radio France : France Inter, France Bleu ; Réseau France outre-mer ; France 3) où seront données les premières informations sur la nature du risque et les premières consignes à appliquer. C’est le préfet du département où se produit l’accident qui Ecouter la radiocompose le message radiophonique d’alerte transmis par radio. En cas d’événements pluvieux intenses, vous pouvez consultez le site internet de la Ville de Nîmes;

 

 

    • Ne pas téléphonerne pas téléphoner (ni par le réseau fixe, ni par le réseau mobile) afin de ne pas encombrer le réseau qui doit rester libre pour les secours;

 

 

    • ne sortir qu’en fin d’alerte ou sur ordre d’évacuation décidé par le responsable des secours (Cet ordre est diffusé par radio et télévision ou tout autre moyen efficace (haut-parleurs, messages téléphoniques…) .