Candidature UNESCO

Une grande histoire
à partager...

soutiens

Soutenez
faites monter
le compteur !

UDERZO, Sandrine Bonnaire, Patrice Leconte...

Ils nous soutiennent déjà. Et vous ?
Ces personnalités et de nombreuses autres ont déjà apporté leur soutien à la candidature. 

En savoir +

2 000 ans et pas une ride

La candidature en images Arènes, Maison Carrée, jardins de la Fontaine... découvrez notre patrimoine d'exception

En savoir +
Découvrir Nîmes...
 
Agenda
du : au :
Valider
Novembre 2017
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
 
 
 
A+ A-

CADEREAU : un programme de lutte contre les inondations

L’actualité des travaux du Cadereau d'Uzès

 

> Consulter la lettre info travaux de janvier 2017

Elargissement du Cadereau rue Bergson 2016-2018

A partir du 22 août 2016 et jusqu’à l'été 2018 la Ville restructure la capacité du cadereau d'Uzès situé sous la rue Bergson, dans le cadre de son programme de protection contre les inondations, afin de réduire la vulnérabilité de l'est de la ville. Un ouvrage de 18 à 19m2 de section hydraulique (contre 2m2 actuellement) sera créé sur les 923 mètres linéaires de la rue Bergson pour permettre de multiplier par la capacité de débit du cadereau de 10 m3 par seconde à 81m3 seconde. Ces aménagements hydrauliques permettront de protéger Nîmes contre des inondations de type 2005.

PAPI II : un nouveau programme d'actions de 102 millions d'euros

Le projet cadereau : des travaux d'envergure pour sécuriser la Ville.

Depuis plus de 20 ans, un vaste plan d’actions est mis en œuvre pour réduire l'impact des pluies torrentielles sur le territoire de Nîmes et diminuer les conséquences pour les personnes, les biens, les activités économiques et l’environnement.

Ce programme, long et couteux, nécessite la succession de plusieurs Programmes d'Actions de Prévention des Inondations (PAPI). Elaborés par la Ville avec ses partenaires ils permettent d’augmenter significativement les capacités des 6 cadereaux (ou bassins versants)de la ville, pour affronter un événement semblable à celui de 2005. Il s’agissait là d’un phénomène récurrent, moins catastrophique que l’épisode de 1988, et contre lequel il est possible de se prémunir. 

  •   Le premier, contracté sur la période 2007-2014, faisait suite au Plan de Protection contre les Inondations (PPCI) mis en place au lendemain de l’inondation historique de 1988. Il a permis de mobiliser plus de 100 M€ dont plus du tiers financé par l’État pour transformer la capacité du cadereau d’Alès, et protéger la partie ouest de la ville.
  •  En 2015, la ville signait avec ses partenaires un second PAPI (2015-2020), mobilisant  à nouveau 102 millions d’€ pour développer les mesures de prévention en matière de connaissance, d'alerte, de culture du risque, de réduction de la vulnérabilité, mais aussi pour compléter le programme d’aménagement structurel en augmentant la capacité du cadereau d’Uzès pour mener une action déterminante sur l’Est de la ville. 

Cette vision ambitieuse de prévention et de protection contre les inondations a permis à la ville de Nîmes de devenir une référence mondiale en la matière.

Plus d'infos sur la prévention des risques auprès des habitants

Un climat propice aux inondations

Un climat propice aux inondations

Le climat languedocien est constitué de contrastes alternant de longues périodes de sécheresse et d’intenses épisodes pluvieux : c’est la première raison des débordements à répétition qui dévalent sur un sol saturé. Nîmes, la ville aux 7 collines, s’est de surcroit développée au pied de petits bassins versants, qui, lors de fortes pluies, concentrent vers la ville les eaux de ruissellement en provenance du plateau calcaire des garrigues qui domine la ville.

Occasionnellement, les cadereaux, qui canalisent l’écoulement des eaux de pluie peuvent se transformer en cours d’eau temporaires. Depuis le XIVe siècle, Nîmes connait en moyenne 5 à 8 inondations par siècle qui peuvent engendrer des dégâts notables.

Comment s'organise le phasage des travaux ?

Comment s'organise le phasage des travaux ?

La priorisation des chantiers est liée à la dangerosité de chaque cadereau. L’investissement est concentré dans des travaux qui permettront de limiter les dégâts, selon une estimation du coût, rapporté au bénéfice (le montant régulier des dégâts évités). Pour exemple, avant les travaux engagés, les cadereaux d’Alès et d’Uzès concentraient 60 % des dégâts pour un coût moyen annuel des dommages estimé à 50 millions d’€. Cette estimation est un critère obligatoire pour l’État qui finance les travaux pour près de 40%.

Un programme d'action énergique

Un programme d'action énergique

PAPI II vise à :

  • améliorer la connaissance et de la conscience du risque auprès des habitants
  • surveiller, prévoir des crues et inondations avec le dispositif ESPADA pour alerter les habitants en cas d’inondation.
  • utiliser des dispositifs d’alerte et gestion de crise
  • prendre en compte du risque inondation dans l’urbanisme.
  • des actions de réduction de la vulnérabilité des biens et des personnes avec des audits et des subventions accordées aux habitants pour investir dans des dispositifs de protection (Nim’alabri)
  • aménager pour favoriser le ralentissement des écoulements
  • gérer des ouvrages de protection hydraulique

Comprendre les principes d'aménagement des cadereaux

Comprendre les principes d'aménagement des cadereaux

PAPI (2007-2014)

PAPI (2007-2014)

Le PAPI I (2007-2014) a permis d’augmenter largement la capacité du cadereau d’Alès en zone urbaine dense.

A partir de son entonnement au cimetière protestant jusqu’au stade des Costières, sa capacité a été largement augmentée, passant de 25 à 120 m3/s. Les canalisations atteignent des dimensions de 6m sur 3 sous l’avenue de la Liberté.

Le chantier d’élargissement en amont du  cimetière protestant jusqu’à l’ouvrage sous la rue de la Gaffone est également achevé. La capacité hydraulique sur cette zone cruciale de convergence, crée un cadre de 5 m de large et 3 m de haut sous le parking du commerce Super U, une zone d’engouffrement en amont de celui-ci et un recalibrage du cadereau à ciel ouvert en aval. Le cadereau est désormais en mesure d’accueillir un débit de plus de 56 m3/s contre 40 m3/s auparavant. .

Les habitations les plus vulnérables, dans le lit du cadereau, ont été identifiées : la Ville a procédé à 70 diagnostics, proposé un rachat à 42 propriétaires dans le cadre du fonds Barnier (fonds de prévention des risques naturels majeurs

Enfin, le nouveau bassin du Mas Neuf limite l’arrivée des eaux sur l’aval et la Combe des Oiseaux a été détournée sur le bassin des Romarins.

 

2015-2020 : Aménager le cadereau d’Uzès

Le PAPI II va prolonger les efforts déjà entrepris avec le réaménagement du Cadereau d’Uzès et du Vistre de la Fontaine afin de protéger l’est de la ville et notamment des quartiers très vulnérables comme celui de Richelieu ou de Hoche Université pour des événements récurrents de type 2002 ou 2005.

Le programme des aménagements

Le programme des aménagements

Le Cadereau d’Uzès impacte des points stratégiques comme la gare ou la préfecture. Son coût sera comparable à celui du cadereau d’Alès.

En amont, un bassin de rétention Terres de Rouvière sera créé, tandis que ceux de l’Oliveraie et du Tennis seront surcreusés, pour obtenir 400 000 m3 de capacité au lieu des 170 000 actuels. Les travaux d’élargissement ou de réalisation d’ouvrage sur le cadereau s’échelonneront du chemin des Limites et de la route d’Uzès au boulevard Allende, en passant par les rues Van Dyck, le secteur des casernes, l’emprise SNCF du secteur Hoche et la rue Bergson. Au-delà, seront prises des mesures hydro-morphologiques pour faciliter l’intégration naturelle du cadereau dans la plaine du Vistre.

L'aval du Vistre de la Fontaine sera réaménagé pour augmenter la capacité de débit et le stockage en plaine sera favorisé pour soulager l'aval.

Le phasage du PAPI II

Le phasage du PAPI II

L’aménagement du cadereau d’Uzès – rue Bergson

démarrage des travaux été 2016

Le bassin des Antiquailles en amont du cadereau d’Alès

début 2017

L’écoulement du Vistre de la Fontaine : sur le boulevard Allende et tous les écoulements en aval du cadereau d’Uzès. Cette opération nécessite une restructuration hydraulique et morphologique pour faciliter l’intégration naturelle du cadereau dans la plaine du Vistre

2017-2019

Le réaménagement du cadereau d’Uzès : Bd Talabot jusqu’à la rue Hoche

2019-2020

Le réaménagement du cheminement amont du cadereau d’Alès afin de compléter l’aménagement à l’ouest 

2017-2019

 

 

 

 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.