Rechercher

agenda

Décembre - 2012
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
  01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31  

Lien vers les projets d'aménagement en cours
Accueil - Culture - Musées / Planétarium - Museum d'Histoire naturelle

Museum d'Histoire naturelle

A+A-

Le muséum présente, en salle de préhistoire, une très belle collection de statues-menhirs.
Muséum d'Histoire Naturelle
  Contacts       Autres renseignements


Plan de la Ville
 

Un haut lieu de la culture scientifique

Quand en 1770, Jean-François Séguier, savant nîmois, revient vivre à Nîmes après un long et fructueux périple en Europe, il est loin d’imaginer que, de ses collections naîtrait un des plus riches muséums français. Inauguré en 1895, le Muséum de Nîmes, premier muséum du Languedoc, se classe au 6e rang national pour la richesse de ses collections. 
Installé autour d’un cloître et d’une chapelle classée du XVIIe siècle, il couvre tous les domaines des sciences de la Nature et certains secteurs des sciences de l’Homme. Dans l’attente d’une totale rénovation, seules trois thématiques sont présentées au public : la préhistoire, l’ethnographie à l’aune des années trente et la zoologie. 
La Galerie du muséum, salle d'expositions temporaires, permet d'aborder des questions scientifiques d'actualité s'appuyant sur les riches collections du musée. 

Aujourd’hui, le Muséum de Nîmes regroupe deux entités : le musée d’Histoire naturelle, le planétarium. Les expositions temporaires et les nombreux ateliers scientifiques font du site nîmois un haut lieu de la culture scientifique régionale.

Les expositions temporaires

Entre le Muséum de Nîmes et le castor, c'est une histoire de plus d'un siècle. Au début du XXe siècle Galien Mingaud, alors conservateur du Muséum, a été l'un des précurseurs de la protection de cet animal dans le Gard et dans le reste de la France. Cent ans plus tard, le musée invite à redécouvrir cet animal emblématique. De sa biologie à l'étude de ses comportements, le Castor révèlera tous ses secrets !

En collaboration avec l'Association Pile Poil.

A partir de Mai 2015, à la galerie Jules Salles.

Les expositions permanentes

Imposant de par sa stature impressionnante, Maurice, Girafe mâle du Niger, souhaite, à l’entrée du Muséum, la bienvenue aux visiteurs. Il ouvre la voie à la découverte des trésors du passé de l’Homme, de la richesse de ses cultures et rappelle que la diversité du monde vivant reste tributaire des actions humaines…

L’art de nos ancêtres
Dressées les unes contre les autres, les statues-menhirs du muséum gardent tout leur mystère : un nez, deux sourcils sculptés dans la pierre suffisent à évoquer un visage. La bouche, quant à elle, reste systématiquement absente, comme si les statues avaient choisi de rester muettes pour toujours. Nous ne connaissons que leur âge - entre 6 500 et 4 000 ans - ce qui en fait les plus vieilles sculptures du Languedoc. Mais le voyage dans le passé ne s’arrête pas là, l’érosion a ménagé dans les calcaires urgoniens du Gard une multitude de grottes dont une cinquantaine fut occupée par l’homme. Le muséum présente un large éventail d’objets découverts dans ces cavités. 
Les deux salles de préhistoire font actuellement l’objet d’un réaménagement en profondeur.

La salle d’ethnographie, le charme des années trente
Au XVIIe, avant Cook et Bougainville, les mers du sud appartenaient encore au mythe. Une visite de la salle d’ethnographie du muséum prouve que le voyage n’a rien perdu de sa magie. 
Avec des étoffes tahitiennes, un collier du Roi Makoko du Congo, une collection de statues gabonnaises ou une série d’instruments de musique africaine : c’est une véritable rencontre avec des arts et des cultures façonnés au cours des millénaires. La présentation inchangée* depuis des dizaines d’années laisse deviner les idées dominantes de l’époque coloniale.
*L’exposition date des années trente. 

 

La salle de zoologie sous l’angle de la classification phylogénétique

Avec quelque 500 spécimens la salle de zoologie du Muséum de Nîmes est un lieu d’émerveillement et de découverte. Les vitrines sont aujourd’hui réaménagées pour offrir aux visiteurs un cheminement basé sur la classification phylogénétique. Regroupés par ordre, les animaux naturalisés permettront de mieux comprendre la Théorie de l’évolution et les bases de la classification. Nouvel étiquetage, nouveaux modules, nouveaux panneaux n’altèrent en rien le côté fin XIXe siècle de la salle mais rendent plus accessible la découverte de principes scientifiques actuels. L’impressionnant tigre de Sibérie, l’Elan du Canada ou l’Ours blanc continueront d’étonner les visiteurs…

  

L'atelier du p'tit naturaliste

Un mercredi par mois, le Muséum d'Histoire naturelle propose un atelier scientifique aux plus de 7 ans. Il s'adresse aux enfants passionnés ou simplement curieux.
D'un contenu rigoureux, les ateliers invitent à un voyage ludique au coeur des sciences naturelles.

Pour découvrir les ateliers du P'tit Naturaliste 2014/2015, cliquez ici

Les ateliers scientifiques pour les scolaires

Le service pédagogique, un partenaire privilégié

Le Muséum est un outil pédagogique de culture scientifique. Il assure une mission de diffusion des connaissances sur l’Homme, la Nature, l’Univers et leurs inter-relations. Le service pédagogique du Muséum de Nîmes est composé d'animateurs spécialisés, il développe cette mission en proposant de nombreux ateliers aux scolaires, de la maternelle à l’université.   
De plus, le service propose sa collaboration aux enseignants pour la préparation d’une visite de classe ; pour l’adaptation d’un atelier à un projet spécifique ; pour la conception et la mise en œuvre d’un projet de classe ou d’un projet d’école. 
Les expositions temporaires s’accompagnent dorénavant de visites guidées et d’ateliers. 

Les ateliers pédagogiques du Muséum

Pour consulter le catalogue des ateliers cliquez ici

+ Les ateliers du Muséum peuvent se compléter avec ceux proposés par l'Ecole de l'ADN : Unité et diversité du monde vivant (CM1-CM2, 15 élèves) ; Initiation à la génétique (CM2, 15 élèves) ; Enquête au zoo (3e, 15 élèves). Renseignements et inscription Ecole de l'ADN. Tel : 04 66 67 82 89. Site : www.ecole-adn.fr

Comment s’inscrire

Pour participer à l’un des ateliers, la réservation est indispensable. L’accès est payant pour les établissements extérieurs à Nîmes (28,40€ par atelier et par classe)*. 

Une fiche d’accompagnement et la confirmation de réservation sont communiquées trois semaines avant l’atelier. Sur place, une fiche d’évaluation est remise à chaque enseignant avant la fin de l’atelier.

*Tarif susceptible d'être modifié à partir du 1er Janvier 2015.


Muséum
13 bis, Bd Amiral-Courbet
30033 Nîmes CEdex 9
Tel : 04 66 76 73 45
Fax : 04 66 76 73 46
Courriel : museum@ville-nimes.fr

Les collections

DE TRES RICHES COLLECTIONS, OUTILS POUR LES CHERCHEURS

Il y a plus de trente ans, la dégradation du bâtiment a contraint le muséum à fermer les galeries du 2e et du 3e étage. Avec les réserves, ce sont les deux tiers des collections qui ne sont plus accessibles au public. Les quelques chiffres qui suivent permettent de mesurer la richesse du musée nîmois : il est classé sixième muséum de France pour cette raison. 
Depuis son ouverture, le muséum accueille régulièrement Démarre le téléchargement du fichierchercheurs et étudiants. La colonie de Martinets noirs qui, tous les ans, investit le site, fait l’objet d’un suivi régulier depuis plusieurs dizaines d'années.

L'ensemble des collections est en cours d'inventaire et de mise à jour.

Quelques collections en chiffres

Mammifères : 470

Oiseaux : 4000

Entomologie : 2472 (boites)
Conchyologie : 10 000
Géologie : 70 000
Ostéologie : 5 000
Ethnographie : 1 500
Préhistoire : 80 000 pièces (300 sites concernés)
Botanique: 108 000
Bibliothèque : 45 000 ouvrages

Au total, les collections du Muséum comptent près de 330 000 pièces.


La bibliothèque est accessible pour des travaux de recherche sur rendez-vous uniquement.
Rens : 04 66 76 73 45
Courriel : museum@ville-nimes.fr

Les conférences

Une autre façon d’aborder la science

Parce que la science est aussi une histoire de rencontres, de plaisir, de partage, d’interrogations, le Muséum propose une escapade autour de thèmes d’actualité. Les adultes ont désormais leur rendez-vous scientifique mensuel. Une invitation à la découverte aux formes multiples qui s’adresse à tous : curieux, passionnés, simples citoyens…  une escapade conviviale.
Au menu : conférence-débat, atelier, visite commentée, zoom sur une espèce... Scientifiques, animateurs partageront leurs connaissances, leurs analyses, leurs passions en toute simplicité.

Sous réserve de modifications
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Rendez vous chaque deuxième jeudi du mois à 18h00 près de la girafe dans le hall du Muséum, sauf les 28 novembre et 15 janvier où la rencontre se tient à Carré d’Art

 

• 18 septembre - Muséum - 18h00  Conférence

Des pattes aux œufs
ou Comment les vertébrés ont conquis la terre ferme 
avec Jocelyn Falconnet, docteur en Paléontologie, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris.

Les premiers dinosaures sont apparus il y a près de 230 millions d’années, avant de connaître un grand succès et d’envahir tous les continents. Mais cette réussite est le résultat d’une longue histoire, commencée il y a bien plus longtemps, près de 370 millions d’années. À l’époque, les vertébrés étaient encore tous des “poissons”, des animaux aquatiques, nageurs, pourvus de branchies. Avant de se lancer à la conquête de la terre ferme, il a fallu que les vertébrés surmontent plusieurs obstacles. Certains d’entre eux vont ainsi innover et pouvoir se déplacer sur terre, se reproduire au sec et se nourrir de plantes. Ces vertébrés vont disposer de nouvelles structures, d’une anatomie adaptée à leur nouveau mode de vie. Ce sont leurs descendants qui donneront naissance aux dinosaures, amphibiens, reptiles et mammifères - humains compris !  

 

• 9 octobre - Muséum - 18h00    Conférence

Néandertal, une histoire européenne
avec Silvana Condemi, directrice de recherche au CNRS, paléoanthropologue.

Qui sont les Néandertaliens ? Où, quand et comment ont-ils vécu ? Pourquoi ont-ils disparu ? Comment le paléo-anthropologue, à partir de simples restes osseux et de dents, peut-il répondre à ces questions ? Lors de cette conférence, Silvana Condemi retracera l’histoire de cette population et se penchera sur ces difficiles questions qui sont au centre de nombreux débats et controverses parmi les spécialistes.

Copyright photo : Dominique Marck

•13 novembre - Muséum - 18h00 Conférence

Les voyages soyeux des araignées
avec Christine Rollard, arachnologue, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris

Manger, habiter, galoper, se reproduire, combattre, mourir... Des événements qui ponctuent la vie des araignées. Qui sont-elles, où et comment vivent-elles ? Quelle est leur place dans une nature fragile mais souvent si belle ?

 

•11 décembre - Muséum - 18h00 Zoom sur

Le Renne, le roi de la taïga
Par les animateurs scientifiques du Muséum

Découverte de Rangifer Tarandus, ou Renne (avec deux n), des collections du Muséum. Ce cervidé (bien occupé le 24 décembre) est un animal étonnant ! Depuis la Préhistoire, l’Homme entretient un lien fort, tirant entièrement profit de cet animal qui lui était indispensable. Il est adapté au climat froid du Grand Nord et a traversé les dernières glaciations pour servir encore de base à certaines cultures lapones ! Comment peut-il affronter les vents du Nord, la neige, le manque de nourriture ? Comment est-il exploité par l’Homme depuis la Préhistoire ?

 

• 15 janvier - Carré d’Art - 18h00 Conférence. ANNULÉE

Sexe, race et culture
avec Patrick Tort, philosophe, linguiste, chercheur au Muséum, directeur de l’institut Charles Darwin international.

Le sexe et la race : réalités strictement biologiques ou pures constructions sociales ? Cette question, simple en apparence, suscite des débats passionnés, à l’heure de changements importants dans la société contemporaine. Sur le théâtre médiatique se rejoue inlassablement la même pièce qui amplifie les antagonismes figés entre nature et culture, biologie et société. Renvoyant dos à dos partisans dogmatiques de l’inné et de l’acquis, Patrick Tort nous invite brillamment à dépasser cette polémique. 
Car pour cet inlassable lecteur de Darwin, l’être humain n’est pas hors de la biologie, mais il n’est pas non plus aveuglément déterminé par elle. Sa liberté réside dans l’autonomisation progressive de la culture par rapport aux lois naturelles.
Contre les vieilles hiérarchies fixistes de la race et du sexe, l’auteur appelle à toujours mieux reconnaître l’Autre comme un semblable autrement construit. 
Une rencontre animée par Christian Siatka, directeur de l’Ecole de l’ADN.

• 12 février - Muséum - 18h00  Atelier

Quand les dents dévoilent le menu
Atelier organisé avec la Société d’étude des Sciences naturelles de Nîmes.

Incisives, canines et autres quenottes racontent une très longue histoire. Une histoire d’évolution : certains les ont perdues, d’autres en ont à croissance continue. Les dents témoignent aussi du régime alimentaire des animaux. Apprendre à les reconnaître, à les distinguer, quels mouvements de mâchoire montrent-elles. Bref une histoire passionnante à se mettre sous la dent. 
Petite souris, s’abstenir !

 

• 12 mars - Muséum - 18h00  Zoom sur

Du nounours au grizzly
Par les animateurs scientifiques du Muséum

Nous fréquentons très jeunes le monde des ours, enfant qui n’a pas eu le sien en peluche ? Pourtant que savons-nous de ces plantigrades ? 
Le sixième doigt du Panda géant ou la formidable capacité à la nage de l’Ours polaire sont quelques unes des adaptations des ursidés. 
Sur les huit espèces que compte cette famille, trois sont visibles dans nos vitrines. Pour les autres, un diaporama révèlera leurs nombreuses ressemblances et aussi leur grande diversité. 
Nous comprendrons mieux le mécanisme de naissance des espèces avec celle probable du Pizzly. Un tour d’horizon de la place des ours dans les cultures humaines mettra le point final à cette rencontre.
PS : on peut venir avec sa peluche

• 9 avril - Muséum - 18h00 Conférence

Les éclipses, un phénomène à grand spectacle 
Avec Philippe Tosi, photographe, animateur scientifique au Planétarium

Philippe Tosi a la tête dans les étoiles, mais les pieds bien arrimés au plancher des vaches. il capture de magnifiques images de notre univers grâce à des appareils de sa conception. 
En préalable à cette découverte des éclipses, il propose de vivre en direct celle du soleil qui se déroulera sous nos yeux le 20 mars de 9h30 à 12h au planétarium (si la métèo est favorable). Grâce à du matériel adapté, vous pourrez observer ce phénomène rare et fascinant.

Copyright photo : Philippe Tosi

•7 mai - Muséum - 18h00 Conférence

Les mycorhizes : ces champignons qui nourrissent les plantes
Avec Marc-André Selosse, professeur du Muséum national d’Histoire naturelle, président de la Société botanique de France

Lorsque les végétaux terrestres sont apparus, il y a 450 millions d’années, il leur a fallu exploiter les ressources minérales du sol – ce que leurs ancêtres, semblables à des algues, ne faisaient pas dans l’eau. A l’apparition de ces végétaux comme dans leur évolution ultérieure, l’exploitation du sol a reposé sur des champignons. Aujourd’hui encore, divers groupes de champignons forment des organes mixtes avec les racines des plantes, appelés mycorhizes, qui exploitent les ressources nutritives du sol. Les cèpes et les truffes comptent parmi ces champignons mycorhiziens, et bien des plantes ne peuvent pousser sans mycorhizes ! Ces interactions sont à bénéfices réciproques, puisque la plante cède en retour des sucres issus de sa photosynthèse aux champignons. De plus, les deux partenaires s’entre-protègent contre les aléas de la vie dans le sol. Nous verrons comment la végétation terrestre a coévolué avec les champignons, de façon parfois étonnante – certaines plantes en sont devenues méconnaissables !

Copyright photo : Michael Ryon, Wikicommons

•11 juin - Muséum - 18h00  Conférence

Le castor, petits secrets d’un animal oublié
avec Gilles Larnac. Naturaliste de formation, Gilles Larnac est ingénieur territorial spécialisé dans la préservation de l’environnement et la conservation du patrimoine naturel.

Entre le Muséum de Nîmes et le castor c’est une histoire de plus d’un siècle. Au début du XXe siècle Galien Mingaud, alors conservateur du Muséum, a été l’un des précurseurs de la protection de cet animal dans le Gard et dans le reste de la France. 
Cent ans plus tard, c’est dans ce même muséum que Gilles Larnac de l’association gardoise Pile Poil vous propose de découvrir cet animal emblématique de la région.
Vous pourrez balayer les mythes et idées reçues autour de ce gros rongeur, et mieux connaître sa morphologie, sa biologie, ses comportements et bien d’autres secrets trop souvent oubliés.

Copyright photo : Gilles Larnac


Report de l’Escapade annulée de juin dernier
Vendredi 28 novembre - Carré d’Art - 18h00

Néandertal, mythe ou réalité
avec Marylène Patou-Mathis, docteur en Préhistoire, directrice de recherche au CNRS. Elle est spécialiste des comportements des Néandertaliens et des premiers Hommes modernes d’Europe.

Premier Homme fossile, différent de l’Homme actuel, à être découvert, Néandertal a joué un rôle fondamental dans l’histoire de l’évolution de l’homme. Néanmoins, durant près d’un siècle, les hypothèses émises à son encontre ont plus reflété les préjugés du moment qu’elles n’ont fait progresser la science. Aujourd’hui, il est devenu non seulement l’archétype de l’Homme préhistorique, mais aussi, au vu de ses rapports à la Nature, une sorte de modèle pour l’Homme futur. Mais attention, ne  remplaçons pas un mythe, celui de la brute, par un autre, celui du « bon Sauvage ». Néandertal était  différent de nous, mais ni inférieur, ni supérieur.