Candidature UNESCO

Une grande histoire
à partager...

soutiens

Soutenez
faites monter
le compteur !

UDERZO, Sandrine Bonnaire, Patrice Leconte...

Ils nous soutiennent déjà. Et vous ?
Ces personnalités et de nombreuses autres ont déjà apporté leur soutien à la candidature. 

En savoir +

2 000 ans et pas une ride

La candidature en images Arènes, Maison Carrée, jardins de la Fontaine... découvrez notre patrimoine d'exception

En savoir +
A+ A-
CultureInauguration : De l’Orientalisme aux peintres Algériens mercredi 18 octobre 2017

Inauguration : De l’Orientalisme aux peintres Algériens

Le Musée des Beaux-Arts a inauguré sa deuxième exposition temporaire annuelle composée d’une cinquantaine de pièces provenant de la collection du musée et de collectionneurs privés nîmois. Cette nouvelle exposition présente l’histoire de l’Orientalisme jusqu’à la naissance des peintres Algériens.


La prise d’Alger en 1830 lance la vogue du « Voyage en Orient », rapporté par des peintres militaires. Leurs images, venues d’ailleurs, font naitre un engouement pour les pays de l’autre rive de la méditerranée et sa lumière si particulière. A cette époque où l’on découvre l’Egypte, des personnes se lancent dans des collections privées de tapis, de tissus, d’étoffes…


Avec le Second Empire c’est le début des expositions universelles. Les transports transatlantiques et les échanges commerciaux se développent. L’idée de voyage se répand chez les aristocrates et font naitre le début du tourisme en Orient. Les aristocrates s’inspirent d’un Orient fantasmé pour leurs travaux de peinture. Avec l’Orientalisme, on redécouvre des paysages, des senteurs et on s’ouvre sur le sud. La clientèle est occidentale, attirée par le rêve de voyage que promettent ces créations.


La Villa Abd-el-Tif, créé en 1907 et  le musée des beaux-arts d’Alger (ainsi que son école), en 1930, vont accroitre l’attrait esthétique de ce mouvement en devenant les « écoles » orientalistes. Durant l’entre deux guerres, un phénomène nouveau apparait. Des Algériens se mettent à peindre. Ce sont les premières peintures natives d’Algérie, sur chevalet, souvent des enluminures inspirées de la tradition.  Ce sera dans les années 60, après l’indépendance, que les peintres Algériens s’approprièrent leur propre culture. Ils reprennent leurs motifs, peignent de l’abstrait et des représentations humaines. Un nouveau courant de peintres est né : les peintres d’Algérie.


Musée des Beaux-Arts, rue de la Cité Foulc. Ouverture du mardi au dimanche 10h - 18h, sauf 1/11 et 25/12. Renseignements au 04 66 76 71 82.

 

 

 

 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.