A+ A-
Rénovation urbaine, Aménagement, ProjetRénovation urbaine : les projets se dévoilent mercredi 7 février 2018

Rénovation urbaine : les projets se dévoilent

Hier la Ville a présenté pour la première fois les projets urbains des quartiers Chemin Bas d'Avignon- Clos d'Orville et de Mas de Mingue, et dévoilé l'actualisation du plan guide du projet de Pissevin -Valdegour conduit par l'architecte paysagiste Alain Marguerit à la suite de plusieurs études et phases de concertation avec les habitants. Ces projets, élaborés par des agences d'urbanisme spécialisées recrutées par la Ville, sont tous trois éligibles au nouveau programme de rénovation urbaine initié par l'Etat en 2015, et seront présentés en comité national à Paris le 15 février. Ce dernier devra ainsi fixer le montant de sa participation financière au vu des propositions émises par Nîmes.

 

Objectif : 50 % de financement de l'Etat

La Ville de Nîmes s'est investie pleinement dans les études et projets d'aménagements urbains de ces trois quartiers, dans l'objectif de créer un cadre de vie agréable et de qualité pour ses habitants, en révisant le réseau de voirie, la fonction des équipements publics, en modernisant l'habitat, en créant des espaces publics vivants et végétalisés, des zones commerciales pertinentes. Objets d'une large concertation, suscitant l'espérance des habitants, ils traduisent leurs attentes et visent à transformer en profondeur la physionomie des quartiers. Ces schémas d'aménagement ambitieux sont sans conteste parmi les  plus importants de France. Pour ne pas décevoir les habitants , la Ville sollicite l'Etat pour qu'il valide ces projets et s'engage à hauteur de 50% sur leur financement, estimé à 671 millions d'euros échelonnés sur 10 ans. Viendra ensuite le temps de la rédaction de la convention entre l'Etat et la Ville en fin d'année et sa signature courant 2019 pour lancer ainsi les premiers coups de pioche.

 

Pissevin-Valdegour : retrouver le sol

 

C'est le chantier le plus important de l'ANRU 2. Le projet d'Alain Marguerit consiste à supprimer les viaducs et dalles de béton afin de retrouver le sol et en épouser la physionomie. Il s'agit aussi d'accompagner l'arrivée prochaine du TCSP, démolir plus de 900 logements et reconstruire  sur un foncier valorisé de 11,5 hectares un habitat moderne et à taille humaine, rénover 1212 logements sociaux, valoriser les paysages, revoir les entrées de quartier, les pôles de centralité et les zones commerciales. Le projet a évolué notamment à la suite des études hydrauliques, préconisant entre autre des bassins d'orages sur l'actuelle place Debussy, la concertation avec les bailleurs ou encore l'annonce de la fermeture du collège Diderot et la reconversion des locaux en centre de formation. Le déplacement de la ferme école, lié au tracé du TCSP, a également été pris en compte. Dès la fin de l'année devrait commencer la démolition de la galerie Wagner, de la place Debussy, du parking souterrain ainsi que des Angloros. La démolition des tours Perrin et Avogadro est pour sa part programmée aussi en anticipation, ainsi que l'immeuble Pollux pour permettre le passage du TCSP, tout comme celui du Crous qui devra attendre la fin de la construction des logements étudiants de remplacement prévus notamment à Saint Césaire.

 

Chemin Bas Clos-d'Orville :  circulation ouverte, coeur de quartier apaisé et parc urbain

 

Déjà bien reconfiguré à la suite des opérations de l'ANRU 1 et la requalification du carré Saint Dominique et de l'avenue Maryse Bastié, ou celle du secteur Ornano actuellement en finalisation, le quartier doit poursuivre la requalification et la diversification de son habitat, aujourd'hui majoritairement social, accompagner la mise en place du TCSP et revoir la zone du Portal dont la ville a déjà racheté la moitié des garages. Les commerces seraient transférés à l'entrée nord du quartier rue Marquès, ouverts sur l'extérieur, tandis que le rez-de chaussée des immeubles serait transformé en logements avec jardinet.  Le projet prévoit la création de circulations nord sud et de liaisons piétonnes, notamment entre le Clos D'orville et le Chemin Bas d'Avignon, un vaste parc urbain avec parcours sportif et jardins partagés, la démolition de 444 logements, reconstruits en partie et la réhabilitation de 752 logements. Enfin, il est suggéré de réorganiser les établissements scolaires pour améliorer la réussite éducative. La construction d'une maison médicale, la création d'une maison des parents et de locaux associatifs en l'église saint Dominique sont des projets qui démarrent en anticipation.

 

Mas de Mingue : un coeur de village en garrigue

Non concerné jusqu'ici par la rénovation urbaine, le Mas de Mingue a toutefois fais l'objet d'un renouvellement partiel de son parc de logement social avec l'urbanisation du Mas de Teste, toujours en cours, et le projet très attendu de pôle éducatif et culturel dont les travaux de terrassement commencent le mois prochain. Ce dernier est ainsi incorporé au projet de rénovation urbaine, qui prend en compte notamment les problématiques de risque inondation. Réorganisation de la voirie et de l'offre éducative, renouvellement et diversification de l'habitat, création de places vivantes et intergénérationnelles, réalisation d'un parc urbain avec agriculture urbaine, jardins partagés et pédagogiques, d'un pôle sportif, démolition de 240 logements reconstruits notamment aux abords du TCSP sont proposés. La démolition de l'immeuble Boule d'Or, dont les relogements sont en cours, est également engagée à court terme.

 

Une concertation active des habitants

 

Création de conseils citoyens, de maisons de projets, de groupes ressources, marches exploratoires de femmes ou d'enfants : la Ville a pleinement voulu écouter la voix des habitants. Ces derniers ont participé à de nombreux ateliers de réflexion et de création, notamment sur les espaces publics à repenser. A Pissevin par exemple, les élèves des écoles Paul Langevin et Edouard Vaillant ont créé des maquettes pour de futures aires de jeux correspondant à leurs attentes. Les trois conseils citoyens se réunissent chaque mois et sont ouverts au public. Hier, c'était le cas du conseil des quartiers Est réuni au centre André Malraux. La semaine prochaine, ce sera le tour des conseils citoyens Ouest et Centre de se réunir respectivement à l'Espace Vergnole et à l'Archipel.

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.