A+ A-
Aménagement, Déplacement stationnementVers un développement des modes actifs lundi 16 décembre 2019

Vers un développement des modes actifs

Le conseil municipal a adopté samedi 14 décembre le schéma de développement des modes actifs de la Ville de Nîmes. La pratique de la marche à pieds et du vélo, bénéfique pour la santé et l’environnement, sera ainsi encouragée par la création d’espaces dédiés et sécurisés doublés d’ici dix ans.  8, 2 M € d’investissements, prévoyant le doublement des pistes pistes cyclables, pour atteindre 77, 3 km, sont ainsi programmés.

Qu'est ce que les modes actifs ?

Savez-vous que lorsque vous vous déplacer en ville à pieds, à vélo, à trottinette ou à gyropode, vous circulez en mode actif ? Faisant appel à l’énergie de vos muscles, de manière plus ou moins intense selon le mode utilisé, vous contribuez ainsi à vos propres bien-être et santé, et à celui des autres en épargnant l’air et la planète de toute pollution. Les modes actifs sont complémentaires des déplacements collectifs intermodaux (bus, car, train, covoiturage). Ils se révèlent en outre plus rapides sur les courtes distances pour les usagers en milieu urbain dense.

Une pratique encore faible

Ce schéma fait suite à une phase de diagnostic menée ces douze derniers mois par la Ville et la société CODRA. Celui-ci reprend les enseignements d’une enquête de 2017 montrant que les modes actifs restent assez peu utilisés, y compris les transports en commun. Un problème à la fois culturel et lié à la géomorphologie de la ville, constituée en partie de rues étroites, sous équipées et de dénivelés parfois importants. 67 % des déplacements de moins de trois kilomètres sont réalisés en voiture, démontrant un potentiel de report vers les modes actifs, notamment le vélo. Les Nîmois sont 36 % à avoir recours à la marche à pieds : un déplacement sur trois à Nîmes fait moins de 1 kilomètre. D’après cette enquête, 2% seulement utilisent le vélo. On peut faire mieux.

Un parc à développer

Si plus de 35,8 km d’itinéraires cyclables existent déjà sur le territoire nîmois, ce dernier a vocation à être développé. La future création du parc Jacques Chirac aux abords du Vistre jusqu’au centre de Nîmes, contribuera à mettre en place un itinéraire continu entre le centre-ville et le secteur de La Bastide. Après l’avenue Général Leclerc, le boulevard Allende fait l’objet d’aménagements actuellement par la Ville. Extension de la T1, création de la T2, aménagement des quais de la Fontaine, voie urbaine sud devront également y contribuer. le Le plan de déploiement prévoit ainsi de passer à 78,8 km en 2030, à travers l’installation soit de pistes en site propre, de bandes cyclables ou l’organisation du partage de la voirie par  l’extension des zones trente. Pour l’année 2020, il se traduit par la mise en place de bandes cyclables boulevard Natoire dès le mois de janvier, une zone trente quartier Beausoleil et des pistes double sens sur deux tronçons du boulevard Allende. 

Encourager la pratique

L’identification des axes majeurs à aménager et leur priorisation s’appuie sur la volonté de créer un maillage pertinent d’itinéraires dédiés au vélo et à la marche à pieds, en site propre, le plus souvent possible. En centre-ville, il s’agit d’encourager les modes doux ou les transports en commun (zones 30, zones mixtes, contre sens cyclables) en agissant sur les jalonnements et le stationnement. Des liaisons identifiées comme structurantes dans les réseaux d’itinéraires intercommunaux et départementaux (voie verte) pourront faire l’objet de demandes de subventions auprès de ces derniers avec des continuités sur les trajets les plus empruntés, comme la voie verte de Caveirac. Le développement des parcs à vélo, l’aide à l’achat et les vélos en libre-service constituent d’autres leviers à renforcer.

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.