Rechercher

agenda

Novembre - 2012
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
  01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Lien vers les projets d'aménagement en cours
Accueil - Cadre de vie - Espaces verts

L'arbre urbain

A+A-

 La politique de gestion du patrimoine arboré est orientée vers trois axes :

 

. Mieux connaître son patrimoine pour mieux le gérer :

 La ville possède un patrimoine arboré important, les alignements d’arbres représentent en accompagnements de voirie plus de 8 500 végétaux, le patrimoine arboré est estimé à 25 000 arbres (sans les massifs forestiers), plus de 100 essences végétales différentes peuplent la commune avec une dominance importante du Platane ( 41 % ) et du Micocoulier ( 40 % ).    

 

 . Planter et renouveler :

 Un renouvellement systématique des arbres dépérissants et dangereux est fait, à ce titre de nombreuses plantations sont réalisées tous les ans. Pour l’entretien de ces arbres, chaque année, une campagne d’arrosage en période estivale est mise en place sur des arbres juvéniles ( plantations < 5 ans d’âge ).

Un effort important est réalisé pour diversifier la palette végétale avec l’introduction de nouvelles variétés : orme, charme, mélia, robinier, tilleul, palmier, sophora, ...

 

 . Entretenir le végétal de façon raisonnée et appropriée :

 L’entretien des arbres de la commune est réalisé d’une part par des agents communaux en régie municipale, et d’autre part par des entreprises privées à l’aide de marchés publics : élagage, abattage, déssouchage, traitements phytosanitaires, campagnes d’arrosage. Ces travaux nécessitent des moyens mécaniques et humains importants et performants.

 Tous ces travaux sont encadrés par la mise en place de critères précis permettant d’assurer une exécution dans les règles de l’art.

 

Cas particulier des traitements phytosanitaires :

 Les traitements phytosanitaires ne sont pas systématiques, la réalisation est faite en fonction des seuils de nuisances pour le végétal et les riverains. A ce titre chaque année, une campagne de traitement sur les chenilles processionnaires du Pin est effectuée avec des produits biologiques sur plusieurs milliers d’arbres . Une autre campagne de traitements est aussi faite sur les Platanes contre le Tigre sur des sites sensibles tels que les écoles, boulevards, terrains de sports.

On retrouve les arbres de la ville en ornement dans de nombreux lieux publics (Alignements, Jardins, Voiries, Places  etc. )

Ils participent à la lisibilité de l’espace auxquels ils apportent des qualités supplémentaires pour le paysage urbain.

 A ce titre, ils sont précieux à tous les égards et justifient que l’on se préoccupe d’eux.

  

DIVERSIFIER LA PALETTE VEGETALE  

 Un effort de diversification des essences est mené depuis de nombreuses années. La diversification a pour objectif de favoriser le nombre d’essences différentes sur un lieu donné, ce qui permet de limiter des risques de propagation de maladies liées à des espèces végétales comme la Maladie du Chancre Coloré sur Platane ou la Graphiose de l’Orme.       

 Exemple d’Espèces plantées :

Sophora - Boulevard Allende Secteur Capouchiné

Charme fastigié - Avenue Claude Baillet

Gingko Biloba - Avenue Kennedy

Aulne de Corse - Giratoire haute Magaille 

Zelkova carpinifolia  - Alignement Maurice Schumann

Melia azedarach - Rue de Condé

Févier d’Amérique - Rue Jean Cocteau

Orme-resista - Avenue du Languedoc

Merisier - Boulevard Allende secteur Ville Active

Savonnier - Rond point avenue Pierre Gamel

 

Les Palmiers sous menace !

Les palmiers de Nîmes, comme tous ceux du bassin méditerranéen, sont menacés par un papillon nomé "Paysandisia Archon". Son apparition sur la commune de Nîmes date de Décembre 2004. Plusieurs centaines de sujets tant sur le domaine public que sur le domaine privé ont été répertoriés atteints.

A partir de l'apparition de ce parasite, la ville a interrompu la plantation de palmiers dans les projets d'aménagements paysagers en les remplacant par des arbres d'ornement.

Le papillon facilement repérable mesure 5 à 10 cm d'envergure et possède des ailes gris brun irisées d'orange, blanc et noir. Ils ressemblent à un gros papillon de nuit et apparaissent de juin à fin août.

Il agit sous la forme chenille qui aprés éclosion de l'oeuf pénétre dans le coeur du palmier.  Celle-ci se développe en se nourrissant des fibres de l'arbre.

Les symptômes

  • palmes centrales sèches ou anormalement jaunes
  • palmes perforées
  • présence de sciure sur le stipe ou à la base des palmes
  • trous à la base des palmes et dans le tronc.

Pour tous conseils ou renseignements, contactez le service espaces verts au 04.66.70.80.70 ou téléchargez la plaquette présentant le papillon du palmier et le problème du charancon rouge.