A+ A-
Diagnostic InondationIl y a trente ans, Nîmes ravagée par la montée des eaux mercredi 3 octobre 2018

Il y a trente ans, Nîmes ravagée par la montée des eaux

Il y a trente ans, après plusieurs jours de pluie, plus de 15 millions de mètres cubes d’eau s’abattaient en 7/8 heures sur notre ville, la dévastant de part en part. Bilan : 9 vies emportées, 45 000 sinistrés, jusqu’à 3 mètres d’eau dans les rues et près d’1 milliard d’euros de dégâts. L’eau a disparu (elle est revenue, moins fort, toujours dévastatrice), mais le 3 octobre 1988 est resté gravé dans la mémoire collective nîmoise.

3 mètres d'eau rue Faïta

Le 3 octobre 2018, 30 ans après ce drame, la Ville de Nîmes tient à maintenir vivant l’hommage aux victimes des inondations. Une cérémonie commémorative s'est tenue ce mercredi devant la stèle du canal de la Fontaine.

Voir la vidéo

Un risque majeur
Nîmes est un territoire particulièrement exposé au risque d’inondation et notamment aux crues torrentielles. Aucun cours d’eau majeur n’est présent dans sa zone urbaine dense mais de nombreux facteurs d’origine naturelle (exposition aux évènements méditerranéens, bassins versants de taille réduite et de nature karstique, configuration en piémont) entrainent un risque majeur de débordements pluviaux sur la ville. Il est estimé que 60 000 habitants, 16 000 logements et 6 000 entreprises sont situés en zone inondable à Nîmes, soit un tiers de la ville.

432 millions de travaux

Depuis la catastrophe, la Ville s’est lancée dans une politique volontariste de prévention du risque inondation. 432 millions d'euros ont été investis de Nîmes au sommet de l'Etat pour sécuriser la ville et inculquer la culture du risque et le sons comportements aux habitants. Elle a mis successivement en place un « Plan de Protection Contre les Inondations », l’acquisition du système « Evaluation et Suivi des Précipitations en Agglomération pour Devancer l’Alerte » dit ESPADA, deux « Programmes d’Actions de Prévention des Inondations » dit PAPI I et II. En parallèle la Ville a fait des travaux conséquents sur les « Choix d’Aménagement Durables d’Evitement du Risque d’Ecoulement Aérien Urbain » dit CADEREAU, protégeant notamment l'ouest de la ville des caprices du cadereau d'Alès.

NIm'alabri protège les particuliers

Les particuliers peuvent bénéficier d'un diagnostic inondation gratuit à travers le dispositif Nîm’Alabri, qui se compose en 2 volets : « habitat » et « activités économiques ». Il propose un accompagnement gratuit, personnalisé et confidentiel des biens (logement, entreprises,...) pour réduire la vulnérabilité des bâtiments. Il apporte des conseils pour bien réagir avant, pendant ou après une inondation. En cas de travaux à réaliser, des subventions sont accordées jusqu'à 80% des travaux.

Cette opération, initiée par la Ville, a déjà mobilisé 14M€.  615 maisons et 115 immeubles ont été diagnostiqués soit 1 250 logements.  75% des biens diagnostiqués avec un conseil travaux dont 50% de pose de barrage provisoire.

Etre prévenu par SMS

Unique en France, cette initiative publique a reçu le trophée de la gestion de la ressource en eau remis par la Revue des Collectivités locales. Ce trophée récompense l’une des meilleures actions urbaines déployées dans les villes françaises.

Il est possible d'être averti en temps réel de la survenue d'un épisode cévenol. Un automate d’appel dédié à l’alerte de la population a été en effet mis en place.  Vous pouvez vous inscrire en indiquant vos coordonnées téléphoniques ici, et recevoir un message vocal par téléphone ou un SMS envoyé par la cellule de crise lorsqu'un événement se produit. Cet automate permet de cibler de manière précise les envois en fonction des zones concernées, ce qui accroît sa fiabilité. Il peut alerter jusqu’à 100 000 personnes en même temps.

 

 

 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.