A+ A-
Patrimoine, ProjetArchéologie : les coulisses de l'amphithéâtre livrent leurs secrets [vidéo] jeudi 5 mars 2020

Archéologie : les coulisses de l'amphithéâtre livrent leurs secrets [vidéo]

Initiée mi octobre 2019, la deuxième campagne de fouilles réalisée sous la piste des Arènes, dans la salle communément appelée cruciforme des coulisses antiques, s'achève.

Commandée par la Ville, qui en finance 80% du coût et la Région 20% pour un total de 353 000 € HT, elle poursuit l'objectif d'approfondir la connaissance de l'histoire du bâtiment antique et de mieux identifier la circulation de l'eau, principal agent de dégradation de l'amphithéâtre, dans le cadre de la campagne de restauration.

 

Durant ces six mois, des recherches et excavations ont été conduites et celles-ci ont révélées plusieurs trouvailles : 

- un puits wisigoths, cité dans les textes anciens, a bien été dégagé. Datant du Moyen-Age, à l'époque où les Arènes étaient construites d'habitations, il s'avère beaucoup plus grand et profond que ce qui avait été envisagé initialement. Placé au centre de la piste, ce puits public fait en effet 4,5 mètres de diamètre. Afin de ne pas fragiliser les murs attenants de la salle, cette fouille n'a pas approfondie et pourrait être envisagée ultérieurement avec un équipement adéquat.

- 5 puisards antiques et un drain tout au long de la grande salle attestent des efforts menés au début de notre ère pour dompter les eaux pluviales en cet endroit à fleur de nappe et exutoire de l'écoulement des eaux de l'amphithéâtre.

- Une cave médiévale, incluant des latrines, qui était rattachée au moyen-âge à une maison.

- mais surtout une large fosse centrale rectangulaire, probable fosse de machinerie servant à faire apparaître sur la piste des éléments de spectacles (bêtes sauvages, décors ou gladiateurs)

Une très grande fosse rectangulaire (25,80 m. de long, 3 m. de large, 1,50-1,80 m. de profondeur) a été décelée au centre du grand axe. Elle est encadrée par 9 fosses quadrangulaire au sud et probablement autant au nord. Il s’agit d’une probable fosse de machinerie axiale, ayant reçu une puissante structure en bois servant à l’utilisation des montes charges pour les cages et les décors au niveau de l’arène. 

Du bois y a été prélevé, ainsi qu'une quantité importante de charbon : des analyses vont être menées pour les dater précisément. Plus de 140 objets en plomb et fer y ont été prélevés dont deux monnaies du début du début du Ier siècle, avec un as de Nîmes frappé en 10-14. 

- Un édifice antérieur à l’amphithéâtre ?

Autant d'indices qui corroborent ceux déjà remarqués sur le chantier de restauration des travées de l'amphithéâtre, où l'on a retrouvé un bois de 70 années plus ancien que l'âge de la construction, qui pourrait être un réemploi d'un bâtiment préexistant en bois. Cette fosse est en effet antérieure aux maçonneries de la salle cruciforme. Les premiers éléments d’étude suggèrent donc deux hypothèses : soit cette fosse est contemporaine de l’amphithéâtre actuel et précède plusieurs remaniements marqués par la construction des murs ; soit elle est nettement antérieure aux coulisses et donc à l’amphithéâtre dans son état actuel. Quelques autres indices sembleraient aller dans ce sens et pourraient suggérer la présence d’un édifice de spectacle plus ancien, un proto-amphithéâtre. Une trouvaille tout à fait exceptionnelle qui mérite d'être étudiée et confirmée par les études post-fouilles, qui devraient être terminées dans 20 mois.

 

 

 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.