A+ A-
Aménagement, Education, Rénovation urbaine, ProjetLe Clos d'Orville accueillera une nouvelle école en 2023 mardi 10 mars 2020

Le Clos d'Orville accueillera une nouvelle école en 2023

L'école Léo Rousson prépare sa métamorphose. Située à l'Est de Nîmes, au cœur du quartier Clos d’Orville, elle sera reconstruite pour une ouverture en septembre 2023. Conforme aux attentes des enseignants et parents d’élèves impliqués dans sa définition, le projet architectural vient d’être choisi par la Ville. Un bâtiment de centralité, ouvert sur le quartier, aux dernières normes bioclimatiques, intégré dans un environnement végétal préservé et enrichi, prendra place après 18 mois de travaux dont le démarrage devrait survenir à l'été 2021. Sur le plan scolaire, elle comptera 6 classes du CE2 au CM2, 8 dispositifs CP CE1 (groupe de 15 élèves)  et 5 classes de maternelles, 2 salles de repos et salle de motricité. Son coût, 9, 583 M € TTC sera pris en charge à 35% par l'ANRU.

C’est la dernière école « Pailleron » de Nîmes, un bâtiment des années 60 de type métallique aujourd’hui inadapté aux normes de sécurité et au confort limité. Elle se trouve dans un quartier en devenir, concerné par la deuxième séquence de rénovation urbaine. Située dans un secteur résidentiel, peu commerçant, où les rares espaces de rencontre végétalisés sont des parties privatives, cette école en reconstruction y constitue un enjeu de centralité important. L’attachement des habitants à cette école a également compté dans le choix de la reconstruction.

 Une école ouverte sur le quartier

Tout comme pour le pôle éducatif et culturel Jean d’Ormesson, la volonté de créer une école ouverte sur le quartier et ses habitants a émergé de la concertation menée auprès des parents d’élèves et des enseignants. Réunis aux seins d’ateliers, ils ont participé à l’élaboration du cahier des charges. La dimension de réussite éducative a prévalu, dans ce quartier Rep +, et la réflexion initiée au Mas de Mingue s’est révélée précieuse pour l’opération du Clos d’Orville.

Des espaces mutualisés

En découle la volonté de mutualiser les locaux et les usages : un parvis avec des bancs et un hall ouvert pour faciliter les rencontres, comme espace urbain de partage, un terrain de sport accessible aux habitants en dehors des temps scolaires, tout comme la bibliothèque, des salles polyvalentes et associatives, des salles communes réservées à tout le personnel éducatif de l’école : voilà autant de point communs avec le pôle Jean d’Ormesson. Le regard positif et l’implication des familles dans l’école constituent un levier favorable pour le progrès scolaire des élèves. En outre, construire un équipement à double usage pour l’apprentissage et pour le développement de la vie culturelle permet de renforcer la connexion de l’école au quartier.

Un bâti conçu autour de la nature existante

La particularité du projet retenu réside dans le soin pris à conserver et tirer parti des arbres. L’école vient s’insérer dans la configuration végétale existante qu’elle valorise et amplifie comme élément paysager et levier de confort d’été.

L’architecture fine et transparente, découpée, organise des pleins et des vides, créant une osmose du paysage et du bâtiment doté de patios et pergolas végétalisées. Le projet affirme ainsi la majesté des grands arbres du site, accentué par les larges débords assurant la protection solaire des façades sud et ouest et formant les couvertures des deux préaux. Les façades largement vitrées du rez-de-chaussée s’insèrent sous les casquettes.

De belles cours 

Traitant avec attention ces espaces, le projet affirme un rapport au sol naturel, fuyant l’artificialisation des sols. Ecoles maternelle et élémentaire disposent de leurs propres cours, vaste espace de jeux d’est en ouest, depuis le préau accolé au bâtiment jusqu’à la lisière-jardins. Elles déclinent une variété de dispositifs ludiques, en mettant à l’honneur le sol lui-même par des jeux de teintes, de matières et de volumes qui distinguent les différentes aires, avec notamment un « module-cabane ». Zones de jeux colorées,  bancs, arbres et jardins pédagogiques offrent aux enfants de véritables « cours cocon » isolées et distantes de la rue.

Bâtiment économe en énergie

Le confort d’été s’impose aujourd’hui comme un élément clé à prendre en compte dans les normes d'éco-construction. Résolument conforme à la nouvelle réglementation thermique (BEPOS, E+C-), ainsi qu’au label qu’il brigue (BDO niveau argent ), ce projet durable à faible impact carbone sera facile d’usage, d’entretien et sera orienté sur le bien être des utilisateurs. Ambiances intérieures bois, façades privilégiant le blanc réfléchissant, orientation sud, ventilation double flux, volets persiennes, production d’énergie autonome, matériaux sains sont privilégiés. 

Et pendant les travaux ?

Durant les deux années scolaires concernées par le chantier, les élèves de maternelles seront acheminés à l’école Emile Gauzy, qui d’ici là se refait une beauté, et ceux de l’élémentaire au centre de loisir du Mas Boulbon, également légèrement adapté. Si l’établissement continuera à recevoir les enfants le mercredi et durant les vacances scolaires, il ne pourra plus en revanche accueillir de classes vertes.

La fresque signée Paule Pascale sera conservée 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.