A+ A-
Culture, Jeunesse(podcast) Interview de VSO mercredi 6 mai 2020

(podcast) Interview de VSO

Rencontre avec le trio rap VSO composé de Pex, Vinsi et Alien. Ils ont sorti le 13 mars dernier leur premier album Adrénaline. Après trois EP très remarqués et plusieurs scènes écumées partout en France, VSO compte bien mettre tout le monde d’accord avec ce nouveau disque. 

Découvrez le podcast sur le vivrenimes.fr

Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Alien : On s’est rencontré durant la Primafresca devant le Théâtre de Nîmes. Plusieurs rappeurs s’étaient réunis pour freestyler et c’était la première fois qu’on rappait ensemble, je ne les connaissais pas. Suite à ça on a échangé nos numéros de téléphone. 

Pex : Le feeling est passé tout de suite. Il y avait aussi d’autres rappeurs nîmois ce jour-là comme les Soces. Notre manager Gislain était aussi présent. On peut dire que c’était le début de notre histoire. 

Qu’est-ce que vous a apporté votre collaboration avec le nîmois Maxenss ?

Alien : Cela nous a amenés à faire un son plus pop et plus chanté. De travailler avec Maxenss et Martin, notre ingénieur du son, ça nous a ouvert à d’autres sonorités. Pour nous ça marque réellement les débuts du son VSO. 

Vinsi : Avec Maxenss on a tourné pendant 1 an et demi et forcément ça crée des liens. C’est une personne exceptionnelle sur scène et dans la vie de tous les jours. On a une vraie relation d’amitié maintenant. On continue même à faire de la musique ensemble, on a sorti récemment le titre « Ha bah ouais » avec lui. 

Votre son est plus moderne que sur les productions précédentes. Comment vous l’expliquez ? 

Vinsi : Ce qui se passe en ce moment dans le milieu du rap nous influence directement et indirectement. Notre philosophie c’est aussi de nous essayer à tout et de choisir le meilleur de ce qu’on aime. Sur l’album il y a quelques titres avec de l’autotune, d’autres ou il n’y en a pas, on essaye de vivre avec notre temps. 

Alien : Concernant les productions, on s’est mis à les faire nous-même récemment, c’est aussi pour ça qu’elles nous ressemblent plus. Ça permet d’installer notre univers et de faire le travail de A à Z. C’est Pex qui a fait la majorité des instrumentaux sur l’album et on a fait beaucoup de sessions de créations communes. 

Vous avez récemment collaboré avec le Nîmes Olympique, ça fait quoi de travailler pour son club de cœur ? 

Vinsi : Ça nous a fait extrêmement plaisir quand on l’a appris. Avoir l’opportunité de composer un morceau pour promouvoir le nouveau maillot de Nîmes c’est une chance. Le football est un sport extrêmement populaire à Nîmes, le fait que le club évolue en Ligue 1 c’est une bonne chose pour la ville et pour les supporters. Je connais Renaud Ripart depuis le lycée et le fait de pouvoir le revoir alors qu’on a pris des chemins différents c’est un plaisir. 

Est-ce que vous avez l’ambition de mettre Nîmes sur la carte du rap français ? 

Pex : On est né et on a grandi à Nîmes. Ce qu’on raconte dans nos chansons c’est notre quotidien, on se raconte pas d’histoires. On ne peut pas faire de la musique et parler de nos vies sans parler d'où l'on vient. Le fait qu’on est envie de placer Nîmes sur la carte du rap c’est vrai et on le revendique dans nos textes. Il est important pour nous que notre public comprenne de là ou on vient et pourquoi on fait ça. 

Alien : A Nîmes il y a une grosse influence hispanique et je pense que ça se traduit dans nos musiques avec des mélodies parfois flamenca, de la guitare. 

Sur ce nouvel album on retrouve des featurings avec Kikesa, Lord Esperanza et ou encore Saan. Comment se sont faites les connexions ? 

Alien : Ça s’est fait assez naturellement. Kikesa on l’a croisé en tournée et on a adoré ce qu’il faisait. A l’époque il n’était pas aussi reconnu. Lord Esperanza c’est la même chose, on l’a rencontré à l’occasion d’un concert. Concernant Saan, c’est un jeune artiste très prometteur originaire de Tours, c’est aussi un ami de notre DJ Obiwan. On voulait lui donner de la visibilité sur notre album car il mérite d’être connu du grand public. 

Votre force et ce qui vous motive le plus, c’est la scène ? 

Pex : On a hâte de jouer l’album en live. Quand on compose on garde toujours en tête le côté live. On est de nature assez expressifs et on sait quel morceau peut marcher pendant un concert. La scène c’est notre terrain de jeu favori.  

Dans le titre Chaos vous évoquez les violences faites aux femmes. C’était important pour vous d’aborder ce sujet ? 

Alien : J’ai une amie qui travaille aux urgences et qui a eu l’occasion de faire face à des situations de femmes battus. On a échangé sur le sujet et je voulais en parler dans l’album. Le fait que 3 hommes prennent position contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité homme-femme c’est aussi important. Je pense qu’en tant qu’artistes on se doit de faire évoluer les mentalités à notre échelle. On n’est pas un groupe particulièrement engagé mais c’est un sujet de société qui dépasse les clivages politiques. 

Facebook de VSO

Le clip confiné des fans de VSO pour le titre "Tout le monde est d'accord"

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.