A+ A-
Patrimoine, RomanitéDeux maisons romaines découvertesmardi 23 février 2021

Deux maisons romaines découvertes

© Pascal Druelle, Inrap_Rue Pelloutier_Tranche 

 

Situés dans le centre de Nîmes, sur le chantier COGEDIM de l’opération « Écrin des Arts », des vestiges de deux maisons romaines viennent d’être mises au jour par les archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

 

Située en plein coeur historique de Nîmes, au calme dans une petite rue résidentielle, l’opération « Écrin des Arts » est un programme immobilier neuf haut de gamme de 55 logements. Dans le cadre de sa réalisation, le service régional de l’archéologie (Drac Occitanie) a réalisé une fouille. L’objectif de cette opération d’archéologie est de sauvegarder, par l’étude scientifique, les vestiges romains qui avaient été identifiés lors d’un diagnostic réalisé précédemment par l’Inrap.

 

Mise au jour de deux domus romaines présentant des décors remarquables

 

Les travaux des archéologues ont permis de mettre au jour des vestiges romains dont certains se sont avérés être très bien préservés. La fouille a ainsi porté sur deux maisons romaines du quartier du forum de Nemausus dont on connait le temple sous son appellation moderne « La Maison Carrée », située à une centaine de mètre. Le plan complet de ces domus dépasse les limites de la fouille et des parcelles du programme d’aménagement. Néanmoins, l’un de ces deux bâtiments se signale par la présence d’une pièce de réception reconnue dans sa presque totalité. Fait rare dans le contexte archéologique nîmois, les enduits peints ornant les parois de cette salle ont été découverts effondrés au sol. Les traces visibles au revers de ces enduits montrent qu’ils étaient initialement posés sur un édifice en terre et incisé en chevrons pour assurer leur bonne adhérence. Sur leur face peinte, ces enduits présentent un décor classique à grands panneaux rouges et inter-panneaux noirs accueillant des candélabres raffinés. Ce type de composition correspond à une mode très présente en Gaule romaine au Ier siècle de notre ère. Le béton de sol associé à ces enduits présente un décor géométrique en nid d’abeille fait de tesselles noires. Dans le grand axe de la pièce, ce pavement comprend un tapis en opus sectile (revêtement de plaquettes de marbre de teintes et de provenances diverses dessinant ici un damier).Le choix du marbre pour enrichir le décor incite à attribuer cette domus à un notable de la cité antique de Nîmes. D’autres vestiges reflètent également le niveau de luxe : pièces avec système de chauffage par le sol avec hypocauste et tuyaux de chaleur, bassin agrémentant les jardins intérieurs...

 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.