A+ A-
EducationMas Boulbon : le petit paradis des classes découvertesvendredi 19 mars 2021

Mas Boulbon : le petit paradis des classes découvertes

Connaissez-vous le Mas Boulbon ? Vous peut-être, non, mais les enfants nîmois, oui ! Dans un écrin de nature près du cadereau du Valladas, au numéro 1099 du chemin du même nom, ce centre de loisirs et de classes de découvertes municipal bénéfice d'une situation privilégiée à l'écart du tohu bohu et du bitume urbains.

 

"Les gens parlent souvent de classe verte alors que le bon terme est classe découverte" précise Léonard Mlapa, responsable des classes découverte de la Ville de Nîmes. "On imagine souvent un déplacement à la mer ou à la montagne, mais il suffit souvent de se déplacer à quelques kilomètres de l'école, dans un environnement de nature, pour réunir toutes les conditions propices à un apprentissage différent du cadre habituel".

 

1 700 élèves nîmois y passent 8 jours de classes découverte chaque année scolaire, avec leur enseignant, rentrant chez eux tous les soirs gra^ce au bus scolaire et profitant sur place du service de restauration dédié. Deux classes sont accueillies en même temps chaque semaine, à l'exception du mercredi réservé au centre de loisirs.

 

Programme sur mesure

 

Apprentissage du vélo, accrobranche, initiation à la science, à la biodiversité, expérience de l'environnement naturel :  à l'origine de la classe découverte, il y a un enseignant qui porte un projet pédagogique pour sa classe et qui formule un projet pédagogique ciblé : gérer ses déplacements dans le cadre de la prévention routière, faire connaissance avec les "petites bêtes" de la nature, découvrir les cycles des saisons, les idfférentes sources d'énergie, sensibiliser aux risques inondation, incendie bien de chez nous... Pour y répondre au mieux, les agents municipaux proposent un programme sur mesure : rencontre avec une apicultrice, un archéologue, un intervenant sportif, un éducateur à l'envioronnement... "Nous aidons les enseignants à construire leur projet de classes découverte en collant au plus près de leurs objectifs pédagogiques." précise Léonard Mlapa.

 

 

 

Côté enseignant, c'est une aubaine même s'il faut se montrer patient car les sessions sont prises d'assaut. Florence Azema accompagne ses élèves venus de l'école Edourad Vaillant de Pissevin. Au programme de cette journée de mars : rencontre avec une apicultrice nîmoise, Isabelle Bringolet, munie de sa ruche, et initiation au vélo.  En mai, les élèves vont se rendre sur l'exploitation de l'apicultrice. "Cette formule est idéale : on retrouve la structure classe dans un cadre de campagne avec des intervenants à la carte qui viennent enrichir le projet pédagogique." s"enthousiasme -t-elle. "Les enfants sont très réceptifs parce qu'ils expériementent quelque chose de concret. Ces élèves issus des quartiers prioritaires ont très peu de contact avec la nature d'ordinaire, et le confinement n'a pas arrangé les choses, car ils ne sortaient jamais de chez eux. Ils ont très peur des insectes et se méfient de la nature. Huit élèves de la classe n'avaient jamais fait de vélo auparavant."

 

En moyenne, le Mas Boulbon accueille 64 classes par année scolaire.

 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.