A+ A-
SportsMichael Guigou : la légende du handballsamedi 19 juin 2021

Michael Guigou : la légende du handball

À 39 ans, l’infatigable joueur de l’USAM Nîmes-Gard et de l’équipe de France participera à ses derniers Jeux olympiques à Tokyo (Japon), fin juillet. Rencontre.

 

 

 

 

Vous avez inscrit plus de 1 000 buts en équipe de France et plus de 100 en championnat avec l’USAM. Quel est le secret de votre longévité ? 

 

J’ai eu quand même pas mal de pépins physique mais j’ai su compenser par d’autres choses. J’ai été bien accompagné dans mes blessures. Forcément, il y a aussi la motivation et le plaisir que je prends sur le terrain qui m’ont donné la force de continuer. J’arrive bientôt à 40 ans, et je me dis que ça sera ma dernière année. J’ai tout donné et je suis très heureux d’avoir pu profiter aussi longtemps.

 

Un mot sur votre prolongation de contrat à Nîmes ?

 

Je suis content de prolonger le plaisir avec l’USAM parce que j’avais signé 2 ans à la base et je n’ai pas pu profiter comme je le voulais du public et de l’ambiance du Parnasse. J’ai été très bien accueilli, nous avons une équipe qui est compétitive et l’USAM est un club qui a envie de grandir. Il est dans une très forte progression. Aujourd’hui à Nîmes je m’éclate, à la fois sur le terrain et dans le vestiaire. Il y a une super ambiance, il y a vraiment des bons mecs sur le terrain et dans le staff. C’est pour toutes ces raisons que j’ai eu envie de continuer. <o:p></o:p>

 

Comment analysez-vous la saison écoulée ?

 

Elle a a été compliqué pour toutes les équipes mais pour nous plus particulièrement. On a été le premier club à côtoyer la COVID et à être vraiment pénalisé, on a eu beaucoup de blessés aussi. La saison a été longue et la préparation a été compliquée. Malgré tout, on a réussi à qualifier le club pour la troisième année consécutive en coupe d’Europe. On sait qu’on aurait pu mieux faire, mais aller chercher cette cinquième place c’est déjà une très bonne chose. C’était l’objectif de la saison.

 

Parlons du « Parnasse infernal », qui va avoir droit à des travaux d’extension. Vous avez pu jeter un œil au projet ?

 

J’ai entendu parler de certaines choses, je sais par exemple qu’il va être agrandi d’ici 2024 et pourra compter 1000 spectateurs supplémentaires. Le projet est toujours en cours et en réflexion. J’espère qu’il sera porté par le handball, on reste les principaux acteurs de cette infrastructure. On espère avoir de quoi accueillir les sponsors et le public dans de meilleures conditions. Il y a déjà une ambiance de feu au Parnasse, ça promet d’être encore mieux !<o:p></o:p>

 

 

 

Fin juillet, vous vous envolez pour Tokyo et les Jeux olympiques  avec les Bleus. Comment appréhendez-vous cette compétition ?

 

On est dans un contexte particulier et pénible. La magie des Jeux Olympiques c’est aussi ce qu’on vit au village Olympique, tout ce qu’on peut partager avec le public. Et ça malheureusement, ça ne sera pas optimal. Certainement que la cérémonie d’ouverture ne se fera pas dans un stade plein, tout comme les matchs. C’est un grand regret pour moi de ne pas terminer sur des Jeux Olympiques « habituels ». Pendant les J.O, j’ai connu une ferveur incroyable. Ça reste tout de même une grande aventure, c’est le seul moment où on a une préparation aussi longue entre joueurs. Pour résumer, il y a un goût amer mais, dans ce contexte particulier, on se satisfait d’être qualifiés et de pouvoir y participer. <o:p></o:p>

 

Vous pensez pouvoir aller chercher ce titre de champion olympique ?

 

On va à la compétition pour la gagner. Mais je crois qu’aujourd’hui il faut accepter de dire que le Danemark et l’Espagne sont les favoris. Ils sont les derniers vainqueurs de trophées majeurs. On fait partie des outsiders mais on a notre carte à jouer. On a un gros potentiel, beaucoup de bons jeunes joueurs et des joueurs d’expérience. On a tout ce qu’il faut. Le contexte particulier des J.O c’est la feuille de match à 14 au lieu de 16 joueurs en temps normal. C’est un fait qui peut impacter certaines équipes qui font des rotations. On va surement se tourner vers des joueurs polyvalents et c’est l’une de nos forces. Ce qui est sûr c’est qu’on va se préparer pour gagner. <o:p></o:p>

 

 

 

EN SAVOIR PLUS

usam-nimesgard.fr

 

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.