Découvrir Nîmes...
 
Agenda
du : au :
Valider
Décembre 2018
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
 
 
 
A+ A-

Futur parc urbain sur le site des anciennes pépinières Pichon

La requalification des 14,5 hectares des anciennes Pépinières Pichon en vaste parc au sud de Nîmes est un projet ambitieux initié par la Ville. Les travaux pourraient commencer en 2020 pour une ouverture de la première partie du parc en 2022. Une concertation est en cours pour permettre à chacun de prendre connaissance du projet et donner son avis.

Parvis de l'entrée depuis le boulevard Natoire - copyright ALEP

 

 

Diagonale verte

Le projet porte sur la création d’un grand parc paysager ouvert au public sur des terrains aujourd’hui à l’abandon qui abritaient autrefois l’activité des pépinières Pichon. Il s’agit de valoriser cette vaste coulée de verdure et de biodiversité accompagnant le Vistre de la Fontaine, entre la gare et l’autoroute A9, en y créant un lieu naturel d’agrément et de loisirs pour tous.

Ce projet vient compléter au sud l’aménagement de la Diagonale verte, continuité nord/sud de verdure et de mobilités douces, qui part du bois des Espeisses, traverse les Jardins de la fontaine jusqu’aux allées Feuchères, suivant le chemin de l’eau.

Lieu de mémoire horticole

Dotés encore aujourd’hui d’un patrimoine végétal exceptionnel comprenant de très nombreuses espèces qui ont été plantées durant le siècle d’activité des pépinières, ces terrains, actuellement propriétés privées, sont une chance pour les Nîmois de bénéficier d’un poumon vert en plein centre-ville. D’une surface totale de 14,5 hectares au cœur de la Ville, qui s’étendra du Triangle de la Gare jusqu’à l’autoroute A9, ce parc urbain impactera de façon importante la vie de tous les Nîmois mais également des habitants des communes alentours. Situé entre les quartiers des Marronniers, Route d’Arles/Beausoleil et la Cité des Espagnols, bordé par la rue des Quatrefages à l’Ouest et la rue de Varsovie à l’Est, traversant le boulevard du Président Allende, bordant le parc d’activités Georges Besse, ce parc prendra place au cœur d’un environnement très urbain et sera un espace revitalisant pour ces quartiers d’habitat.

 

 

Equipements sportifs - copyright ALEP

Etude pré-opérationnelle

Etude pré-opérationnelle

En 2016, un groupement d’études composé de paysagistes, architectes, urbanistes, naturalistes et ingénieurs a été missionné pour réfléchir au devenir de ce site exceptionnel que constituent les anciennes pépinières Pichon.

Après un diagnostic approfondi, des études préalables et de faisabilité ont permis de définir un premier scénario d’aménagement soumis à concertation du public jusqu’à la fin septembre 2018. Ces études ne constituent pas le projet de réalisation du parc mais ont permis d’établir un scénario préférentiel d’aménagement qui va permettre de lancer la procédure d’expropriation nécessaire à la maîtrise foncière des terrains concernés par le projet, ainsi qu’un futur concours de paysagistes.

Ce scénario traduit des principes d’aménagement que la Ville a souhaité présenter aux citoyens et ne constitue en aucun cas le projet tel qu’il sera arrêté. En effet, l’essence même de la procédure de concertation préalable est de définir, dans une démarche de co-construction entre la Ville et les citoyens, des propositions d’aménagement.

Téléchargez l'étude pré-opérationnelle en cliquant ici


Concertation : Le temps du bilan

Concertation : Le temps du bilan

L’attente des habitants étant au cœur de ce projet et de la réflexion sur le devenir de ce futur parc, la Ville a lancé une étape de concertation dans le but d’informer la population nîmoise sur les grandes lignes du projet et de créer un dialogue sur les orientations à définir. La concertation préalable à un projet d’aménagement est une des deux phases de la participation du public dans un projet d’aménagement, la deuxième étant le temps de l’enquête publique.

Ouverte par la délibération du Conseil municipal du 7 avril 2018, cette étape de concertation s’est tenue durant une période de 5 mois, du 4 juin au 5 novembre 2018. Il est désormais l’heure d'en tirer le bilan.

Plusieurs rencontres avec le public ont eu lieu. Une première réunion publique de présentation a été organisée au Centre Pierre Gamel le lundi 25 juin 2018. Elle a recueilli environ 120 personnes et a permis de dévoiler le scénario d’aménagement soumis à la concertation et les grandes lignes du projet.

Par la suite, 3 ateliers participatifs ont été organisés avec l’aide de la société Lisode, experte en ingénierie de la concertation, dans le but de pousser la réflexion sur l’aménagement du parc urbain. Une trentaine de personnes issues pour un tiers d’habitants volontaires, pour un tiers de représentants d’associations et pour un tiers d’instances représentatives (comités de quartier, conseils citoyens), a été sélectionnée pour formuler collectivement des recommandations et des suggestions allant dans le sens de l’intérêt général. Une nouvelle réunion publique a ensuite été tenue dans le but de faire connaître à tous les Nîmois le travail mené et les réflexions issues des ateliers participatifs.

Une marche exploratoire sur le site a enfin été organisée en compagnie de 12 habitantes du quartier de la route d’Arles.


Vous pouvez retrouver le compte-rendu de chaque rencontre avec le public ainsi qu’une synthèse générale des ateliers participatifs dans l’onglet ci-dessous.

Parallèlement à ces rencontres avec le public, un registre de participation dématérialisé était accessible afin que toute personne intéressée puisse donner son avis sur le projet d’aménagement.
Une adresse électronique a été ouverte et est encore en activité aujourd’hui :

concertationcouleeverte@ville-nimes.fr


Cette adresse électronique permet notamment une continuité du dialogue entre la Ville et les Nîmois au-delà de la clôture de cette étape de concertation.


Il ressort de la phase de concertation que le projet tel que présenté scénario soumis à la concertation a été accepté par tous les participants dans sa globalité. Un point de discorde était néanmoins soulevé concernant la construction de 65 logements en bordure de la rue des Quatrefages. Devant cette opposition majoritairement constatée, Monsieur le Maire a souhaité abandonner ce programme de constructions dans son intégralité. Cette décision sera intégrée au bilan de la concertation.


Le bilan de concertation, qui marquera donc la clôture de cette étape, reprendra toutes les actions menées et résumera les idées générales issues des contributions, lors des réunions, ateliers participatifs ou via les moyens électroniques. Il sera rendu public mi-décembre, après son approbation par le Conseil municipal.


Il est à rappeler que la Ville doit obtenir auprès de la Préfecture une Déclaration d’utilité publique (DUP) qui lui permettra d’acquérir par voie d’expropriation les parcelles nécessaires à la réalisation du projet d’aménagement. Une procédure de mise en compatibilité du PLU avec les aménagements projetés sur le parc sera conduite conjointement à l’élaboration du dossier de DUP. Le bilan de la concertation est nécessaire pour l’obtention de la DUP.

Budget et planning prévisionnels

Budget et planning prévisionnels

2ème semestre/fin 2018 :
•    Réunions de concertation publique et bilan
•    Approbation dossier de DUP par la Ville et saisine du Préfet


2019 :
•    Organisation enquête publique DUP / Poursuite procédure expropriation  
•    Lancement concours paysagistes (désignation du futur maître d’oeuvre)
•    Instruction procédures réglementaires (recherches archéologiques / loi sur l’eau / Autorisation d’aménager)  


2020 :

•    Démarrage des travaux
•    Livraison prévisionnelle de la 1ère tranche programmée à partir de 2022


Le Parc Urbain en chiffres

•    14.5 hectares
•    Budget prévisionnel 15M€ (dont poste acquisitions foncières, hors aménagement Bd Allende)

Compte-rendus des réunions et des ateliers participatifs

Compte-rendus des réunions et des ateliers participatifs

Réunion publique du 25 juin 2018 (cliquez sur les liens suivants pour accéder aux documents) : 

Atelier participatifs du mois d'octobre (cliquez sur les liens suivants pour accéder aux documents) : 

Marche Exploratoire du 12 octobre 2018 (cliquez sur le lien suivant pour accéder au document) : 

Les interrogations soulevées

Les interrogations soulevées

Les premières mesures de concertation ont été lancées le 4 juin 2018. Cette date est celle de la parution du journal municipal Vivre Nîmes mais aussi celle de l’ouverture de la page internet dédiée au projet sur le site de la Ville, comprenant les moyens d’expression du public sur le projet, à savoir le registre de concertation dématérialisé ainsi que la boîte mail.

Cette concertation préalable s’étendra donc pendant 4 mois, jusqu’à la fin du mois de septembre, date à laquelle un bilan sera tiré.

A ce jour, une cinquantaine d'avis et observations dématérialisés ont été recueillis, en plus de ceux qui ont été donnés lors de la réunion publique du 25 juin.

Les interrogations des participants se rejoignent généralement sur un certain nombre de thématiques et la Ville a souhaité, dans une logique de transparence et d’accessibilité de l’information, les rendre publiques et y apporter les premiers éléments de réponse.

Ces thématiques sont les suivantes :

La sécurité
Actuellement, les problèmes de sécurité rencontrés sur le site sont dus à l’absence de possibilité pour la Ville d’intervenir. En effet, ces parcelles sont des propriétés privées en état d’abandon, ce qui favorise les traversées et occupations illégales, les squats et les dépôts sauvages.

Le fait d’aménager ce parc et de l’ouvrir au public dans un cadre officiel permettra d’apporter la sécurité demandée par les habitants. Des caméras de vidéosurveillance pourront être installées sur tout le parc. De plus, la police municipale aura accès à ces lieux. Certaines zones du parc seront également clôturées et fermées la nuit sur des portions à définir.

La lutte contre la délinquance et contre les incivilités reste une priorité de la Ville, d’autant plus concernant un parc qui a vocation à accueillir notamment des familles et des enfants.

La faune et la flore
Une étude faune/flore a été réalisée durant une année entière lors des études préalables. Ces études ont permis de définir le présent scénario soumis à concertation. De façon générale, il y a peu d’espèces protégées sur le site. Néanmoins le patrimoine arboré est de grande qualité et des mesures d’évitement et de réduction des impacts seront mises en œuvre.

La volonté de la Ville est depuis le début de ce projet tournée vers la conservation et la valorisation des espèces présentes sur ces anciennes pépinières.

Le paysagiste retenu après la consultation de maîtrise d’œuvre paysagère (courant 2019) devra prendre en compte le respect des espèces végétales et animales présentes sur le site. La Ville s’appuiera aussi sur le soutien d’un prestataire spécialisé en Environnement. Un écolabel (label EVE, Ecojardin etc…) pourra également intervenir.

Les constructions projetées rue des Quatrefages et la mise en compatibilité du PLU
Le scénario d’aménagement soumis à la concertation du public prévoit 65 logements (37 en variante) situés rue des Quatrefages. La frange constructible est de 6000 m², alors que le parc sera de 14,5 hectares, soit inférieure à 4% de l’ensemble. L’emprise au sol de ces constructions est estimée à environ 1300 m². Bien loin de la volonté de bétonner cet espace vert, la Ville souhaite requalifier les façades urbaines de ce quartier avec des logements de qualité et d’une volumétrie R+2 qui permettront de s’intégrer dans une couture urbaine tournée vers le parc et non pas tournant le dos à celui-ci, comme c’est le cas actuellement.

La Ville tient également à soulever qu’elle n’a pas choisi de construire des logements au niveau du boulevard Natoire en plus de ceux qu’elle souhaite construire rue des Quatrefages. Elle a réduit au minimum nécessaire les constructions. Des mesures seront prises pour atténuer l’impact visuel des nouvelles constructions, par exemple en imposant des terrasses et toitures végétales et en minimisant la hauteur des futurs bâtiments.

La Ville doit enfin composer avec le Programme local de l’habitat (PLH) et avec les divers documents d’urbanisme (SCOT, PLU). La loi ALUR impose aussi une densification et une reconstruction de la ville sur elle-même afin d’éviter l’étalement urbain. La logique est de rationnaliser la consommation d’espaces naturels ou agricoles en dehors des zones déjà urbanisées. Construire en Ville, c’est permettre de protéger les zones agricoles et naturelles en évitant l’implantation nouvelle de réseaux et équipements, mais c’est aussi éviter les déplacements et donc réduire la pollution.

Conformément à l’article L. 103-5 du Code de l’urbanisme, la présente concertation porte d’une part sur le projet d’aménagement du parc urbain et d’autre part sur la mise en compatibilité du PLU, nécessaire pour la réalisation du projet d’aménagement dans son intégralité. Il s’agit de modifier le zonage actuel afin de permettre la réalisation du parc et celle des constructions projetées.

Les inondations
Le plan de prévention du risque inondation (PPRI) entré en vigueur en 2012 prévoit que les constructions nouvelles doivent répondre à toute une série d’obligations destinées à lutter contre les inondations. La création de nouveaux bassins de rétention à caractère pérenne compensant les constructions projetées permettra de prendre en compte efficacement le risque inondation. A contrario, les constructions réalisées avant l’entrée en vigueur de ce PPRI n’ont pas pris en compte ce risque.

L’aléa inondations est par ailleurs présent dans une grande partie de la zone urbaine de la Ville sans que toute nouvelle construction soit interdite.

Le stationnement et la circulation
Le projet de parc prévoit la création de deux parkings, un à proximité du triangle de la Gare et l’autre au niveau de la future Voie Urbaine Sud, au sud du chemin de la Tour de l’Evêque. Cela permettra aux visiteurs extérieurs de stationner.

Parallèlement à cela, l’entrée principale de ce parc se situera sur le boulevard Natoire, donc à proximité de la Gare et des arrêts de transports en commun ainsi que des parkings publics ou privés. Les parkings sont limités de façon à inciter les Nîmois à utiliser les modes doux de circulation, dans une logique de réduction de l’utilisation du véhicule personnel, au bénéfice tant de la fluidification de la circulation que de la diminution de la pollution en ville.

Enfin, les nouvelles constructions devront définir un nombre de places de stationnement à usage des habitants de ces futurs logements afin de ne pas encombrer davantage les voies publiques. Les nouvelles constructions n’aggraveront donc pas les problèmes actuels de stationnement.


Plus d'actus sur ce thème...

Projet du futur parc urbain - Bilan de la concertation 21 novembre 2018 Projet du futur parc urbain - Bilan de la concertation
Projet phare à l’échelle de la Ville, l’aménagement des anciennes pépinières Pichon en parc urbain représente un enjeu majeur d’amélioration du cadre de vie des Nîmois. Le futur Parc permettra la réalisation d’une séquence importante du projet... +
Pôle Educatif Jean d’Ormesson : c’est parti ! 21 septembre 2018 Pôle Educatif Jean d’Ormesson : c’est parti !
Après deux mois de terrassement, la construction du pôle éducatif du Mas de Teste - Jean d'Ormesson a commencé ce matin par la pose de la première pierre, en présence d'Olivier Klein, président de l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine qui... +
La piscine Pablo Neruda rouvre ses portes 18 septembre 2018 La piscine Pablo Neruda rouvre ses portes
Depuis deux mois, les équipes techniques s'activent sur le chantier de rénovation du complexe de Pablo Neruda. Objectif : optimiser les performances énergétiques du bâtiment, avec une économie de près de 35% à terme des consommations. Les travaux... +
Pablo Neruda : plus beau, plus performant 21 août 2018 Pablo Neruda : plus beau, plus performant
Depuis deux mois, les équipes techniques  s'activent sur le chantier de rénovation du complexe de Pablo Neruda. Objectif : optimiser les performances énergétiques du bâtiment, avec une économie de près de 35 % à terme des... +
Donnez votre avis :  1ère réunion de concertation pour l’aménagement  du futur parc urbain sur les pépinières Pichon 26 juin 2018 Donnez votre avis : 1ère réunion de concertation pour l’aménagement du futur parc urbain sur les pépinières Pichon
Vaste coulée de verdure accompagnant le Vistre de la Fontaine, entre la gare et l’autoroute A9, le site des anciennes pépinières Pichon fait l’objet d’un projet ambitieux porté par la ville de Nîmes, dont les premiers travaux débuteront en... +
Terres de Rouvières : le projet se dessine 2 mai 2018 Terres de Rouvières : le projet se dessine
Depuis le 8 janvier 2018, ce tènement parcellaire d’environ 45 hectares, appartenant précédemment à l’Armée (Ministère de la Défense), est officiellement propriété de la Ville. Elle souhaite en faire un espace de nature destiné à la détente et au... +
Rénovation urbaine : les projets se dévoilent 7 février 2018 Rénovation urbaine : les projets se dévoilent
Hier la Ville a présenté pour la première fois les projets urbains des quartiers Chemin Bas d'Avignon- Clos d'Orville et de Mas de Mingue, et dévoilé l'actualisation du plan guide du projet de Pissevin -Valdegour conduit par l'architecte paysagiste... +
Les grands projets et temps forts 2018 24 janvier 2018 Les grands projets et temps forts 2018
Aménagement, développement et rénovations urbaines, création et requalification de quartier, de voirie, amélioration des performances énergétiques, nouvelles constructions, la Ville poursuit ses grands travaux en 2018 et maintient ainsi ses... +
Visite du futur Pôle Services à la Personne de la rue des Chassaintes 12 juin 2017 Visite du futur Pôle Services à la Personne de la rue des Chassaintes
Jean-Paul Fournier, sénateur Maire de Nîmes, a visité le chantier du nouveau Pôle Services à la Personne. Il était accompagné de Marie-Chantal Barbusse, Adjointe déléguée à l’Action Sociale, Frédéric Pastor, Conseiller Municipal délégué aux... +
La restauration des Arènes reprend 14 mai 2017 La restauration des Arènes reprend
Du 9 au 31 mai, le chantier de restauration s’installe sur les travées 43 à 48, pour un démarrage des travaux dès la fin de la Feria de Pentecôte. Durant un an, façades extérieures et gradins antiques de la couronne vont faire l’objet de tous les... +
Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.